Route Napoléonienne de Vitoria-Gasteiz - Tourisme à Vitoria-Gasteiz

Batalla de Vitoria

Nous vous invitons à revivre l'histoire et découvrir les scènes et les personnages de la Vitoria napoléonienne. Une petite ville de quelques 7000 personnes à peine, dirigée par une élite éclairée qui impulsa le passage de la vieille cité médiévale à la ville néoclassique. La Guerre d'Indépendance interrompit son expansion physique et culturelle et la rendit célèbre dans toute l'Europe par la bataille mémorable qui fut livrée dans ses environs.

Route

En mars 2015, le Conseil de l'Europe a déclaré les différentes routes napoléoniennes comme Itinéraire culturel européen. Cette dénomination prestigieuse distingue les itinéraires historiques qui contribuent à identifier l'idée de l'Europe comme le Chemin de Saint-Jacques La Ruta Flamígera ou le Chemin de Carlos V. Plus information : www.destination-napoleon.eu(Ouvre une nouvelle fenêtre) | www.napoleoncities.eu(Ouvre une nouvelle fenêtre)

Napoleonic route pdf

  1. Casa Consistorial (Hôtel de ville) et Plaza de España
    Au moment où les Français occupèrent la ville, la Plaza Nueva néoclassique venait d'être construite par l'architecte Olaguibel. La Casa Consistorial, où logea Fernand VII en avril 1808, en route pour Bayonne, se situe sur le front nord. Chaque jour, à 18h00, le carillon de son horloge joue les notes de la symphonie « La Victoire de Wellington » composée par Beethoven en 1813.
  2. Les Arches
    D'Olaguibel également, il s'agit d'un splendide exemple d'urbanisme éclairé. Les arches relient par des plate-formes et des espaces publiques la cité médiévale de la colline à la nouvelle extension par la plaine. Dans ce même décor, le 19 avril 1808, les vitorianos coupèrent les rênes du carrosse qui menait Fernando VII à Bayonne. C'est aussi ici que Napoléon nomme son frère Joseph roi d'Espagne.
  3. Le Monument de la Bataille
    Situé au centre de la Plaza de la Virgen Blanca, il commémore la Bataille de Vitoria et les personnages principaux de la ville y sont représentés. Le monument, réalisé en pierre et en bronze, est l'œuvre du sculpteur valencien Gabriel Borrás et fut inauguré en 1917 pour marquer le centenaire de la bataille.
  4. Le Palais de Montehermoso
    Construit au XVI siècle, il fut la propriété du marquis de Montehermoso. Joseph Ier y séjourna pour la première fois en juillet 1808 pour tomber amoureux de sa propriétaire, Mme Pilar Acedo. Il en aurait fait l'acquisition en octobre 1808 pour deux millions de réaux. Le palais a accueilli la cour de Joséphine à différents moments de l'occupation. Napoléon se serait réuni dans ce palais avec son frère en novembre 1808.
  5. Le Palais Escoriaza Esquível
    Construit au XVIe siècle, c'est l'un des meilleurs exemples de l'architecture civile basque de la Renaissance. Il fut le siège de la Société Royale Basque des Amis du Pays qui a introduit les idées des Lumières au Pays Basque. Son rôle fut essentiel dans la société de l'époque. Pendant l'occupation française, le palais fut utilisé de différentes manières : hôpital militaire, prison, écurie et caserne de la gendarmerie.
  6. Maison des Echanove
    Construit en 1805 par l'ingénieur Manuel de Echanove, cet édifice sobre fut le siège de la première administration conjointe des trois provinces basques créée par les Français en 1810 sous le nom de Préfecture du Cape Matxitxako. Se plaignant de fortes fièvres, le maréchal Jourdan logea également dans cette maison la veille de la bataille de Vitoria.
  7. Palais du Marquis de la Alameda
    Palais baroque construit en 1735 par le premier marquis. Un de ses successeurs, Ramon Mª de Urbina, était un homme éclairé et occupa les fonctions de Député Général d'Álava et de Maire de la ville à plusieurs reprises. Il donna l'impulsion à l'ensemble de la Plaza Nueva et aux Arches, transformant la cité médiévale en une ville des Lumières. D'illustres personnages comme Humboldt ou Jovellanos sont passés par cette maison.
  8. Le Palais des Álava-Esquível
    C'est dans ce Palais du XVe siècle que naquit et vécu Miguel Ricardo de Álava y Esquivel, le Général Álava, un personnage historique clé pour comprendre cette période de l'histoire. Sa façade est (c/Zapatería) est conservée dans son état d'origine, cependant la façade ouest (c/Herrería) fut réformée en profondeur au milieu du XIXe. Sur cette façade, vous pouvez observer une horloge prise sur un navire anglais en 1782.
  9. Le Conseil Général d'Álava
    Ce palais néoclassique fut construit après la Guerre d'Indépendance, entre 1833 et 1858. Auparavant, les Assemblées Générales d'Alava se réunissaient dans l'ancien couvent de San Francisco qui fut un hôpital pendant l'occupation. Sur le côté droit de la façade principale, vous pouvez observer la statue du Général Alava qui fut nommé Député Général d'Alava en novembre 1812.
  10. Le Musée de l'Armurerie
    Il réunit une intéressante collection d'armes historiques et contient des informations essentielles sur la Bataille de Vitoria : maquettes, armes, uniformes, cartes, etc. Il recueille des pièces étonnantes comme l'étui à pistolet de Joseph Ier ou le service à thé de Wellington. L'épée offerte par la ville de Vitoria au Général Álava en remerciement pour avoir échappé au pillage y a récemment été ajoutée.
  11. La maison de Napoleón
    Dans cette maison de maître, connue sous le nom d'Etxezarra, Napoléon passa les nuits du 5 au 9 novembre 1808, lorsqu'après la défaite de Bailén, il fut forcé de porter secours à son frère Joseph. C'est en ce lieu qu'il aurait décidé avec son état-major de la stratégie pour reconquérir le pouvoir perdu. Sur l'un de ses balcons, vous pouvez voir un portrait de Napoléon et sur la façade l'inscription : « Hic Napoleón I Imperator habitavit anno MDCCCVIII ».

Plus information

Information concernée

Si l'information de la page ne correspond pas à vos besoins informatifs, faites-en la demande à travers la Boîte du Citoyen.